Insertion professionnelle

Les personnes avec autisme ou troubles envahissants du développement (TED) peuvent accéder au milieu professionnel tant ordinaire que protégé. Leurs problématiques nécessitent cependant un accompagnement personnalisé afin de réussir au mieux cette insertion professionnelle.

dessin insertion professionnelleMilieu professionnel ordinaire ou protégé ?

Les personnes avec autisme peuvent travailler selon leur profil en milieu ordinaire ou en milieu protégé. Le milieu ordinaire nécessite de bonnes capacités d’adaptation. Le milieu protégé sera plus adapté à des personnes avec autisme qui ont une déficience intellectuelle associée, des capacités d’adaptation limitées ou une grande fatigabilité.

Comment choisir son orientation professionnelle ?

  • Choisir le milieu protégé ou ordinaire selon les particularités de la personne (capacités d’adaptation, autonomie sur le poste de travail, fatigabilité…)
  • Se baser sur les motivations et les compétences des personnes pour les orienter.
  • Se questionner sur l’environnement professionnel qui correspondrait le mieux aux particularités de la personne : privilégier les petites structures et les tâches repérées.
  • Favoriser l’appui d’un référent.

 

Accompagnement : quelques propositions facilitant l’insertion professionnelle

Côté travailleur :
  • Avant le premier contact, ne pas hésiter à se documenter visuellement sur l’entreprise.
  • Le premier contact avec l’entreprise peut nécessiter un accompagnement de la famille et/ou de professionnels.
  • Préparation de l’entretien d’embauche : affirmer ses compétences et travailler ses aptitudes sociales.
  • Anticiper ses déplacements pour arriver au travail puis les aménagements nécessaires sur les temps de pause.
Côté employeur :
  • Préparer les premières journées : accompagnement par un référent (responsable, collègue…), connaissance des collègues de son environnement proche (trombinoscope), présentation du déroulé de la journée, définition des tâches.
  • Privilégier la communication écrite malgré un bon niveau de langage verbal.
  • Proposer régulièrement un entretien validant le travail effectué.
  • Sur le moyen / long  terme, sensibiliser les collègues aux particularités des personnes avec autisme.
  • Etre attentif à d’éventuelles difficultés : l’adaptation à des situations nouvelles, la participation au travail d’équipe, la prise d’initiatives ainsi qu’à l’environnement de travail (particularités sensorielles).